Réouverture du Centre de jour Tié pour enfants et adolescents de la rue de Bobo-Dioulasso

Nous présentons le rapport mensuel du mois de septembre du projet de réouverture du Centre de jour Tié pour enfants et adolescents de la rue de Bobo-Dioulasso, Burkina Faso. Ce projet est soutenu par la Municipalité de Girona.

Au cours du premier trimestre de l’année, nous avons réalisé l’identification et la formulation du projet avec l’Association Tié, notre contrepartie locale propriétaire du Centre. Au deuxième trimestre, nous avons présenté le projet à divers organismes nationaux et internationaux afin d’obtenir les ressources nécessaires à sa réouverture. La réouverture était fixée au troisième trimestre, et prévoyait d’accueillir environ 25 utilisateurs quotidiens. Le Centre a pu rouvrir ses portes le lundi 13 août, et a connu une fréquentation moyenne :

  • 13 utilisateurs quotidiens durant les jours d’ouverture du mois d’août.

Le taux de fréquentation maximum dans une journée a été :

  • 28 utilisateurs au cours de la journée du lundi 13 août.
  • La journée du mardi 28 août a connu le taux de fréquentation minimum avec 5 utilisateurs.

Le Centre a connu une moyenne de fréquentation faible, compte tenu du moment de l’année, puisque nous sommes à l’époque des pluies, avec des précipitations intenses qui ont empêché de nombreux utilisateurs de se rendre au Centre.

Le Centre Tié a été fréquenté par :

  • 87 enfants et /ou adolescents.
  • Des jeunes âgés de 10 à 18 ans, parmi lesquels certains ont pu venir pendant un maximum de 11 jours et un minimum d’une journée.

Les données personnelles de chaque nouvel utilisateur sont recueillies sur une fiche et pour ceux qui ont de la famille, nous essayons de nous mettre en contact avec elle afin de tenter une réconciliation, lorsque c’est possible.

Durant tout le mois d’août, nous avons effectué des séances de stimulation émotionnelle à la charge du formateur et de Clown, Pablo Gavilán Briales.  En tout, 16 utilisateurs et 5 éducateurs / éducatrices du Centre participaient à ces séances qui duraient deux heures

En collaboration avec les éducateurs, Pablo s’est orienté sur des dynamiques non verbales afin de réussir à travailler la stimulation de la confiance personnelle et de celle du groupe pour communiquer le récit de sa vie. Cette formation se poursuit en septembre pour les éducateurs avec l’objectif de les former afin qu’ils puissent continuer les dynamiques.

Traduction faite par Volunteering ONU, Sylvie Corpas Tello.

Pasa la voz