NouSol est une association à but non lucratif de solidarité internationale, indépendante et participative, créée en 2008.

NouSol est impliqué dans le domaine social, dans le but de créer, soutenir, et promouvoir des projets sociaux et éducatifs pour le développement de groupes personnels et communautaires qui souffrent vulnérabilité, la marginalisation, et l’exclusion sociale.

Les groupes cibles sont les personnes socialement défavorisées dans les groupes suivants:

L’ enfance, et de la jeunesse, adultes, les minorités ethniques, les immigrants et les personnes handicapées.

Notre histoire

À l’été de 2007, Joël López, un photojournaliste et la traductrice Ana Gentz, se sont rendu au Sénégal pour faire un documentaire sur les africains qui utilisèrent des ‘pateras’ (petits bateaux) pour rejoindre l’Espagne. Le reportage portait sur le suivi d’Aliou qui vit dans la ville sénégalaise de Kaolack. Aliou voulu émigrer en Espagne en utilisant ce bateau maritime. Quelques jours avant le début du voyage la maison de Aliou fut cambriolée en et toutes ses économies furent volées. Ainsi que Aliou ne pu démarrer son aventure en Espagne et par conséquent, le documentaire fut annulé.

Après ces événements Joël et Ana profitèrent de leur séjour au Sénégal pour faire un documentaire sur la vie des handicapés dans la ville de Kaolack. Au cours du projet ils fréquentèrent le comme​​​​​rce de Aliou “tangana” . Un ‘tangana’ est un petit local où l´on prépare de la nourriture type fast food.

Dans le tangana même travaillait une fille très maigre et souriant qui s´appelée Fatoumata. Joël et Ana intéressèrent à la situation de celle jeune fille, voyant qu’elle travaillait beaucoup d’heures et n’y allait apparemment pas à l’école.

Celle rencontre les emmenèrent à rencontrer la famille de Fatoumata composé de Mariam, sa mère, Anta et Moustapha, ses frères.

La situation familiale était très dure. Le père des enfants était mort dans un accident de voiture. La mère assurée le maintien familial vendant des noix, mais l’argent obtenu était insuffisant et c’est pour cette raison que Fatoumata devait travailler pour aider économiquement sa famille. Ainsi que pour les raisons sociales et économiques, aucun des trois enfants n´avaient jamais pu aller à l’école.

Les principaux moteurs économiques de la ville de Kaolack sont le commerce et le transport des marchandises. La plupart de la population est composée de travailleurs non qualifiés. L’excès d’offert provoque entraine l´existence de salaires très bas et cela contribue á que la vie soit devenue très compliquée. Ainsi que beaucoup de famille ont besoin de la main d´œuvre des enfants afin de survivre. Malheureusement, cette situation s dans ce contexte ce socio-économique signifie que l’école et l’absentéisme ne soient pas une priorité.

Face à cette réalité familial , Joël López et Ana Gentz décidèrent entreprendre quelques actions afin d´ améliorer la qualité de vie de ces enfants, ils contactèrent leurs familles et leurs amis en Espagne pour collecter des fonds afin d´investir dans la scolarisation des enfants de Mariam.

L’étape suivante fut de trouver une école où la fréquentation était obligatoire et contrôlée, mais dans les écoles de Kaolack ces conditions sont respectées par des écoles privées.

Près de la maison de la famille il y a une école privée catholique où l’éducation est laïque. Sœur Madeleine en est la Directrice ; une religieuse dans la cinquantaine avec beaucoup de caractère: une condition indispensable pour femme catholique avec un poste à responsabilité dans une société patriarcale et musulmane.

Après la visite du centre et des discutions avec la directrice, Joël et Ana se rendirent compte que c’était l’école idéale pour les enfants, mais Sœur Madeleine mis de nombreux obstacles à accepter les enfants ceci afin de tester les intentions des deux occidentaux et vérifier qu´elles étaient bonnes et fiables ou si par contre ils étaient animés d´ un sentiment de pitié « d’un tubab” qui rapidement serait oublié et laisserai les enfants de famille Ba dans des fausses joies. Mais détermination et la fermeté des deux adultes fut sans faille et ils obtinrent que les enfants soient admis dans le centre.

Les procédures d’inscription furent de un nouveau chalenge car que les enfants n’ont pas de document d’identité et ni même un certificat de naissance.

Il fut découvert que Anta été en réalité la fille d’une amie de Mariam qui depuis des années lui avait laissé en charge.

Cette pratique est très répandue en Afrique, mais il est compréhensible en raison du contexte socio-économique.

Après de nombreuses visites à la Mairie de Kaolack les documents nécessaires furent obtenus et les enfants pouvaient donc être enfin inscrits à l’école.

Quelques mois plus tard lorsque Joël et ana rentrèrent à Catalunya (une région de l’Espagne), ils rencontrèrent les gens qui avaient participé économiquement au processus d’éducation des enfants de la famille Ba, et, ensemble, ils décidèrent de créer une association socio-éducative afin que l’éducation devienne universelle. Ainsi est née l’Association Socio-éducatif “NOUSOL“.

La principale mission de l’Association Nousol Socieducativa est la réalisation de l’Agenda 2030 pour le développement sustainable, un plan d’action promue par l’ONU en faveur de leur peuple, la planète et la prospérité, qui entend également renforcer la paix universelle et l’accès à la justice.

Les objectifs de développement durable (en anglais Sustainable Development Goals (SDGs)) sont un ensemble d’objectifs portés par l’Organisation des Nations Unies et ayant pour but le développement international. Ils remplacent les objectifs du millénaire pour le développement, qui se terminent en 2015, et dont les avancées ont permis une nette évolutio.

Ces nouveaux objectifs (ODD), portant sur la période 2015-2030, devraient être opérationnels au 1 janvier 2016. Ce « nouveau référentiel du développement du monde » se précise en 169 cible. Chaque cible est évaluée par divers indicateurs. Cette évaluation pose divers problèmes.

Le 2 août 2015, 193 pays ont approuvé les 17 objectifs:

  1. Mettre fin à la pauvreté, sous toutes ses formes, partout,
  2. Éradiquer la faim, garantir la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition, promouvoir l’agriculture durable,
  3. Garantir la bonne santé, promouvoir le bien-être de tous à tous les âges, éradiquer les principales maladies,
  4. Garantir une éducation de qualité, sans exclusion, équitable, avec possibilités d’apprentissage pour tous tout au long de la vie,
  5. Égalité des genres : parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles,
  6. Eau pure et hygiène : assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous,
  7. Garantir l’accès à une énergie abordable, fiable, durable, moderne, pour tous,
  8. Travail de qualité et économie : promouvoir une croissance économique soutenue, sans exclusion, viable, le plein emploi productif, un travail décent pour tous,
  9. Innovation et infrastructures de qualité : construire des infrastructures résilientes, promouvoir l’industrialisation, sans exclusion, et durable, et encourager l’innovation,
  10. Réduire les inégalités, au sein des pays et d’un pays à l’autre,
  11. Villes et communautés durables : faire des villes et des établissements humains des endroits sans exclusion, sûrs, résilients et durables,
  12. Consommation responsable : garantir des modèles durables de consommation et de production,
  13. Agir d’urgence contre le changement climatique et ses impacts,
  14. Océans durables : préserver et utiliser de manière durable les océans, mers et ressources marines pour le développement durable,
  15. Exploitation du sol durable : protéger, restaurer et promouvoir une utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer les forêts de manière durable, lutter contre la désertification, stopper et remédier à la dégradation des terres, et mettre fin à la perte de la biodiversité,
  16. Paix et justice : promouvoir des sociétés pacifiques, sans exclusion, dans le cadre du développement durable, permettre un accès à la justice pour tous, et mettre en place des institutions efficaces, responsables, et sans exclusion, à tous les niveaux,
  17. Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.


La formulation définitive des objectifs, et plus encore des cibles, devrait être finalisée en septembre 2015.

« Lors de la récente conférence internationale d’Addis-Abeba (Éthiopie), en juillet 2015, la facture totale du développement a été chiffrée à 2500 milliards de dollars sur quinze ans ».

Vision

Valeurs

Organisations dont nous faisons partie

Composition du conseil